Magical pensionnat

Un pensionnat pas comme les autres...pour les personnes pas tout à fait humaines ou ordinaires que tout le monde rejete. Si c'est le cas, ce pensionnat est fait pour vous!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kieran O'Carolan

avatar


Messages : 20
Date d'inscription : 09/02/2011

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !   Mer 9 Fév - 17:37

Le commencement

Nom : O'Carolan
Prénom : Kieran
Âge : 22 ans
Quel métier : Surveillant... Mais qu'on le lui ordonne, et il peut être cuisinier, homme de ménage, jardinier, secrétaire ou n'importe quoi d'autre ! A condition bien sûr qu'on lui laisse des instructions très détaillées pour s'assurer qu'il ne fera pas trop de bêtises...
Pouvoir : Invocation d'animaux. Autrement dit, quand Kieran a un mouvement d'humeur particulièrement violent (évidemment, l'idée qu'il puisse contrôler ce pouvoir est impensable le connaissant) ou quand il est en danger, des bestioles jaillissent de nulle part et disparaissent au bout de quelques heures. La plupart du temps, ce sont des reptiles... ou des oiseaux.

Descriptions

Mentalité :

Nous laissons la parole à Mr. Oscar Forester, de Londres...

Il y a deux façons de voir Kieran. La première, celle que je ne soutiens pas, consiste à dire qu'il n'est qu'un imbécile que ses parents ont dû bercer un peu trop près du mur. La seconde, qui est plutôt mon opinion, est que c'est un homme vraiment remarquable, certes en décalage avec la société moderne, mais au moins complètement affranchi des contraintes diverses qui nous poussent à rester en général calmes et modérés. Disons que c'est le genre d'homme qui jongle avec des poignards alors qu'il ne sait même pas gérer deux balles en mousse, ou qui remplace le clairon à lui tout seul avec le bruit incessant qu'il émet... Oui, il faut savoir que Kieran est bruyant. Très bruyant, en fait. Et même bruyant à un point qu'on pourrait qualifier d'inhumain. Je l'avoue, il faut des nerfs et des tympans d'acier pour ne pas être tenté de lui hurler "TAIS-TOI !" L'assommer ne servirait à rien, en revanche, car Kieran a un rapport très particulier à la douleur. On peut dire qu'il est masochiste : pour entretenir le beau corps musclé dont il est si fier, il n'hésite pas à s'entraîner jusqu'à saigner ou se déchirer les muscles, et il lui est déjà arrivé de se planter un poignard dans le crâne en jonglant avec pour épater quelques-uns de ses camarades, dont moi ; c'est d'ailleurs à cette occasion qu'il a appris que les lames de couteau qu'il manipulait quotidiennement sont très tranchantes. Oui... il en est à ce point-là.

Il vit dans un monde avec ses règles et sa logique, et... on ne peut pas vraiment dire que ce monde-là soit très difficile d'accès ; Kieran est aussi étranger à la notion de secret qu'il l'est à celle de contrôle de soi, de calme ou de cohérence. Mais comprendre comment Kieran fonctionne est une toute autre affaire. Il se contredit d'une phrase à l'autre, change de principes et de goûts comme de chemises... Et pourtant, je vous assure, on s'y attache ! Enfin, il faut aimer les gens au crâne dur. Très dur. Dur au point que... alors que c'est moi qui l'ai convaincu de quitter l'armée, et que je sais qu'il est dans une organisation qui n'a rien de militaire, il est toujours persuadé d'être le caporal Kieran, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et de ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth et défenseur de la foi ! Je vous assure, depuis quatre ans que je le connais, je ne l'ai jamais entendu appeler la reine Élisabeth autrement, pas plus que je ne l'ai entendu donner une version raccourcie de son grade. Il a la manie des titres... Et il est si fier du sien qu'il le proclame sans cesse à qui veut et ne veut pas le connaître. Et bien sûr, il y a sa rivalité avec moi... On pourrait écrire un roman-fleuve là-dessus. Depuis ce tournoi de lutte qu'il a cru gagner alors que je l'avais battu de loin – mais têtu comme il l'est, vous croyez qu'il m'écouterait ? –, il me considère comme son "rival éternel, à la vie et à la mort", etc... C'est drôle, d'ailleurs, dès qu'il s'agit de parler avec moi ou de parler de moi, il devient extrêmement loquace et emploie souvent plus de mots différents en une phrase qu'en un mois normalement. Bref, il me considère donc comme son rival juré, et depuis, il s'entraîne sans relâche dans l'espoir de me prouver sa supériorité. Évidemment, j'ai un peu du mal à prendre cette rivalité avec autant d'enthousiasme qu'il le fait, mais je dois avouer qu'il est imperméable à toutes mes tentatives pour la transformer en simple amitié, et du coup, j'ai beau y mettre toute ma bonne volonté, il ne change pas.

Ai-je tout dit ? Sans doute pas, car Kieran est imprévisible et donc par définition... on ne peut pas tout le temps déterminer ses réactions... Ah, lui, au moins, il n'a pas honte de faire des lapalissades de ce genre ! Évidemment, je n'ai pas encore mentionné son sens du devoir, qui est à la limite de la caricature. Dire qu'il est dévoué, c'est trop peu. Il est loyal à la mort, et c'est d'ailleurs à cause de ça qu'il a perdu la moitié d'un doigt – c'est un miracle qu'il n'ait rien perdu d'autre durant son temps à l'armée. Oh, et j'ai aussi failli oublier... Il a une peur pathologique des oiseaux, ou plutôt des piafs, puisque c'est le mot qu'il emploie toujours. Si ça se trouve, on lui a montré le film de Hitchcock quand il était petit et ça l'a traumatisé... Toujours est-il que dès qu'il voit ne serait-ce que le bout d'une aile, il panique et devient encore plus excité que normalement. Et c'est assez cocasse, parce que... son pouvoir lui permet entre autres de faire apparaître des oiseaux. Autrement dit, il a le pouvoir de se faire des frayeurs terribles ! Enfin, ne vous attendez pas à ce qu'il l'admette ; il a bien trop d'orgueil pour être prêt à dire que quelque chose lui fait peur, même si toutes les apparences sont contre lui...

Physique :

Extraits du dossier médical du soldat Kieran O'Carolan, établi au moment de son engagement dans l'armée ; à l'exception du poids, qui a légèrement augmenté – l'armée, ça fait des muscles – rien n'a changé depuis

Taille : 1m87
Poids : 83 kg
Couleur des cheveux : Rouge sombre
Couleur des yeux : Rouge vif
Corpulence : Normale, musculature très développée
Signes particuliers : Absence complète de l'index et du majeur de la main droite, ainsi que des deux dernières phalanges de l'auriculaire gauche.
Antécédents médicaux : Nombreuses anciennes fractures et cicatrices laissées par des blessures antérieures ; aucune trace d'infection ou de complication grave à signaler. L'ablation des deux doigts de la main droite est la conséquence d'une malformation congénitale.

Où qu'il soit, Kieran est impossible à ne pas remarquer.... même quand il n'est pas en vue. D'ailleurs,
en général, on l'entend avant de le voir. Il a une voix de ténor d'opéra, claire et surtout très puissante. Il ne s'exprime qu'en parlant très fort, ce qui explique que personne ne peut ignorer sa présence dans un rayon d'un kilomètre autour de lui, davantage encore s'il est dans un endroit où il y a de l'écho. Kieran est aussi très facilement repérable grâce à son apparence : ses courts cheveux en bataille sont déjà d'un rouge qui tranche sur à peu près toutes les surfaces, mais il faut en plus qu'il porte toujours des T-shirts d'un rouge encore plus vif, plus proche de la couleur peu habituelle de ses yeux... Enfin, quand il ne se balade pas torse nu. Car s'il consent à se couvrir le poitrail aux saisons froides, en été et au printemps il exposerait tout le temps au regard son torse imberbe et musclé, s'il n'y avait pas la décence pour le dissuader de le faire !

C'est inévitable, dès qu'il montre ses muscles, les diverses cicatrices et anciennes blessures qu'il a accumulées au cours de sa dangereuse vie apparaissent aussi. Il en a en effet beaucoup, surtout sur le dos et les bras, et même si les cicatrices de fiction donnent du style... en vrai, c'est beaucoup moins beau à voir, surtout que certaines sont des plaies recousues à la va-vite et qui portent toujours la trace des points de suture. Mais au rang des blessures en tous genres, les mains de Kieran ne sont pas mal non plus... Ne serait-ce que parce qu'il lui manque en tout deux doigts et demi. L'amputation a à chaque fois été faite le plus proprement du monde, sans cicatrices ni boyaux qui dépassent, mais il peut être assez dérangeant de voir sa main droite, où un grand vide vient séparer le pouce de l'annulaire et de l'auriculaire... Heureusement, Kieran fait en général tout de la main gauche ; il semble d'ailleurs avoir du mal à coordonner les mouvements de ses deux mains, ce qui pourrait expliquer son abondance de grands gestes désordonnés...

Histoire : Né à Belfast, en Irlande du Nord, Kieran semblait au départ être un enfant hyperactif normal ; avec ses huit petits doigts – il a vécu pendant trois jours avec deux moignons de doigts malformés avant qu'on ne se décide à les lui enlever –, il faisait des ravages... mais rien de plus que ce que fait le sale gamin lambda. En l'absence de petits ou de grands frères et sœurs, il n'y avait personne pour aider ses parents à canaliser son inépuisable énergie, et les pauvres ne pouvaient qu'imaginer que ça finirait bien par lui passer... Mais en dépit de cet aspect excité déjà présent, Kieran ne fut pas vraiment un enfant à problèmes. En tout cas, il ne brûla jamais de voitures ou de poubelles, il ne fuma jamais rien d'illicite – ou de licite, d'ailleurs, car il avait décidé de faire la guerre au tabac –, et même s'il lui arrivait de sortir et de rentrer bien après minuit, ses parents n'avaient jamais trop de raisons de s'inquiéter car ils entendaient toujours l'écho de sa voix...

Bref, Kieran n'était pas un trop mauvais garçon. Jusqu'à ce qu'une idée complètement loufoque lui vienne : il voulait s'engager dans l'armée britannique. Il n'était certainement pas le premier Irlandais catholique d'Ulster à le faire, mais ses parents, plutôt de gauche et pas franchement attachés à la couronne, n'étaient pas vraiment d'accord avec ce choix. Qu'à cela ne tienne ! Kieran avait dix-huit ans tout juste quand il finit par réaliser son rêve, en fuguant de chez lui et en se rendant dans le plus proche bureau de recrutement. Il réussit même à parler à un volume à peu près normal devant les recruteurs, c'est dire s'il était prêt à faire des efforts pour rejoindre l'armée qu'il admirait. Cependant, dès qu'il fut incorporé à son bataillon, le naturel revint au galop ; et sans Oscar pour le canaliser, on aurait sans doute expulsé sans tarder ce rigolo dont les beuglements remplaçaient le clairon.

Oscar Forester était un Londonien de naissance, et comme si la brève introduction qu'il avait donnée à Kieran le jour où ils apprirent qu'ils allaient former un binôme ne suffisait pas pour le savoir, il avait un très fort accent cockney, qui le faisait parler comme un ouvrier du siècle dernier. Selon son humeur, Kieran l'appelait soit simplement "Oscar" soit "sale traître cockney, manipulateur, trompeur, menteur et bridé !" Oscar gagna ce deuxième surnom à la suite d'un tournoi de lutte organisé au sein du bataillon, et où il s'en était fallu d'un cheveu pour que Kieran gagne, même si ce sale menteur de l'East End n'arrêtait pas d'affirmer qu'il avait facilement mis K-O le fier Irlandais. Hah ! Ces Londoniens étaient décidément prêts à tout pour faire les intéressants ! Quoi qu'il en soit, c'est ainsi que naquit l'une des plus belles rivalités de tous les temps... Même si par la suite, alors que lui et Oscar restèrent dans le même bataillon pendant quatre ans, Kieran n'arriva jamais à prendre sa revanche.

Sitôt équipé, formé et prêt à combattre, Kieran fut envoyé en Afghanistan, de même qu'Oscar et tout le vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et de ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth et défenseur de la foi. C'est là que Kilroy Thomas, un autre Irlandais d'Ulster tout à la fois infirmier, aumônier catholique, psychologue, chirurgien et accessoirement ancien moine bénédictin, fit cette observation intéressante : son compatriote était né un paquet de siècles trop tard. Son courage quasi-suicidaire, sa dévotion presque fanatique à ses supérieurs, son goût pour les armes blanches et sa grande tolérance aux opérations sans anesthésie – quand le pauvre Kilroy devait le recoudre, Kieran refusait même qu'on lui donne des antalgiques, et tout le monde devait alors supporter ses hurlements sauvages pendant que le moine-infirmier s'occupait d'éviter qu'il ne se vide de son sang – en auraient fait un parfait chevalier de la Guerre de Cent Ans... Mais en Afghanistan, au XXIe siècle, il n'était franchement pas un bon soldat, tant il était peu discret et fâché avec la technologie. Il eut cependant l'occasion de donner la mesure de son courage et de sa dévotion envers ceux qu'il considérait fièrement comme des compagnons d'armes (au sens le plus homérique du terme) dans une opération dangereuse où il ne laissa finalement qu'un ridicule petit bout de doigt, alors qu'il y avait risqué sa vie. Il avait eu de la chance, en général ce n'est pas ce qu'on perd en traversant un champ de mines pour se porter au secours de ses compagnons... Mais des témoins sans doute un peu superstitieux et portés sur le haschisch jurèrent, même des mois après, qu'ils avaient vu une nuée d'éperviers entourer un soldat britannique et le protéger de la mort au moment même où sa chance l'avait abandonné et où il avait imprudemment posé le pied sur une mine... Pourquoi son auriculaire droit a été la seule partie de son corps à souffrir, personne ne se l'explique, toujours est-il que Kieran l'a vaillamment ignoré alors qu'il chassait avec véhémence les piafs et arriva pour libérer ses compagnons, prisonniers d'on ne sait plus quelle organisation terroriste locale. Évidemment, après, Kilroy fit remarquer, quand la petite expédition revint au campement, que Kieran saignait un peu trop pour s'être simplement égratigné le doigt sur un barbelé, et il sortit les scalpels et on devine la suite...

Évidemment, personne ne pensait aux piafs. Surtout pas Kieran, qui tut le fait qu'il avait failli faire une crise cardiaque non pas en entendant l'explosion et en en sentant le souffle, mais en voyant fondre sur lui tous ces affreux volatiles...

Cependant, les affreux volatiles en question le poursuivaient. Au fil des opérations, alors que Kieran et tous les autres souffraient de plus en plus du stress et de la pression que peut connaître un bataillon dans une zone en guerre, et qui semblait de plus avoir été oublié par le service des permissions, la faune du désert afghan devenait de plus en plus bizarre. Quand Rhys ne sortait pas de lézards de sa trousse de soins alors que Kieran avait besoin de lui, c'était Oscar – cuisinier avant tout, et accessoirement sapeur et sniper – qui retrouvait des poussins vivants dans ses casseroles, ou encore la grande Titania, leur capitaine, qui se plaignait de voir sa tente envahie par des tortues... Mais sitôt que la compagnie fut enfin renvoyée au QG de Londres par des bureaucrates enfin décidés à faire preuve d'un peu de compassion envers ces soldats exténués, ces bizarreries cessèrent : plus d'iguanes dans les piles de vêtements, ni de rouge-gorges au milieu des armes... Mais de temps en temps, il arrivait quand même que Kieran se plaigne de voir un peu trop de piafs...

Un jour cependant, Oscar le prit à parti. Son père venait de mourir, et il fallait qu'il quitte l'armée pour s'occuper de ses deux petits frères, qui dépendaient maintenant entièrement de lui. Kieran n'osait y croire. Le cuistot cockney et bridé, son rival éternel et pour la vie, s'en allait ? Impossible ! Impensable ! Inédit ! Du jamais-vu ! Mais Oscar était très sérieux, et il n'en avait pas fini. Il avait découvert depuis un certain temps déjà ce qui clochait chez Kieran, outre l'histoire des doigts en moins, du volume sonore et tout ça. Tous les deux... C'étaient des humains un peu surnaturels, ou à tout le moins dotés de capacités que ne possédaient pas les gens normaux. Oscar pouvait lire dans les esprits, et parfois même les influencer, même si des cas à part comme l'Irlandais y étaient complètement imperméables... Quant à Kieran, apparemment, son pouvoir était de faire apparaître des animaux. Comme ça, du néant, sans vraiment qu'il semble y avoir de cause particulière. Étrange. Kieran y croyait encore moins qu'à la démission d'Oscar, mais celui-ci était fermement décidé à partir pour pouvoir veiller sur ses frères, et puisqu'il n'avait que les moyens classiques à sa disposition pour faire avaler la pilule à Kieran – de toute manière, il n'était jamais arrivé à convaincre grand-monde en utilisant son pouvoir, alors imaginez, influencer une tête de mule comme l'Irlandais... –, il dut longuement user de toute sa rhétorique pour pousser son camarade à quitter l'armée en même temps que lui... Mais pas pour aller au même endroit. Le pouvoir de Kieran n'était certainement pas aussi impressionnant ou destructeur que le contrôle du feu, une force surhumaine, etc... mais tôt ou tard, quelqu'un finirait par réaliser que c'était dans l'entourage de Kieran, dans le rayon d'un kilomètre où l'on pouvait l'entendre, qu'apparaissaient les piafs et les autres bestioles. Oscar tenta donc de convaincre Kieran de se rendre à un endroit où son pouvoir ne dépareillerait pas... Un pensionnat magique dont le Londonien bridé avait lui-même été élève avant de s'engager dans l'armée. Puisque Kieran était trop vieux pour être lui aussi élève, et pas assez qualifié pour être prof – l'entraînement des troupes de Sa Majesté revisité et réinterprété par Kieran O'Carolan n'était certainement pas ce qu'il fallait aux malheureux de la classe Combat –, il ne pouvait que se faire embaucher comme surveillant...

Mais vu comment il réagit chaque fois qu'on l'informe qu'il n'est plus dans l'armée, comment peut-on être sûr qu'il ne s'est malgré tout pas engagé sous l'influence d'Oscar ? Ne reste plus qu'à espérer que le Londonien savait ce qu'il faisait en convainquant Kieran de changer de voie...

Autres

[Les cinq premières parties ont été remplies par Kieran lui-même.]

Secret : [Le champ a été laissé blanc]
Famille :
Peur :
Un amoureux ? [La ligne est couverte de points d'interrogation]
Petit plus : +

Couleur : Ceci !
Code couleur : #CC0000
Code : Validée par Miki ♥

Et vous

Prénom ou pseudo : .
Niveau de Rp : Mon niveau ? Hah ! Oseriez-vous douter de mon excellence ? Tout le monde sait que les soldats de Sa Majesté la Reine de... *coup de poêle sur la tête* bon, d'accord, de Sa Majesté la Reine tout court, manient le verbe comme personne ! [retour du mode Haar] Ahem... Bah, on va dire qu'il n'est pas mauvais.... zzzz... même si je n'ai encore jamais fait... Zzzzz... Three thousand lines...[/fin du mode Haar]
Membres que vous connaissez déjà : Heuu... J'ai discutaillé avec quelques personnes ici, mais de là à dire que je les connais... Enfin, j'ai déjà bien embêté Kiko-Sempai, c'est déjà quelque chose !
Est-ce votre premier compte ? Non
Comment notez-vous ce forum ? 7/10 ; toujours le aïe aïe aïe dû aux couleurs, et en plus, le rouge vif a déjà été pris ! Mais tout compte fait, ce n'est pas si mal, ce rouge-là va mieux avec mes yeux !
Votre présence : 4/7


Dernière édition par Kieran O'Carolan le Jeu 10 Fév - 9:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran O'Carolan

avatar


Messages : 20
Date d'inscription : 09/02/2011

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !   Jeu 10 Fév - 9:09

Et voilà, fini ! Hah ! Avouez que vous êtes surpris par ma rapidité, surtout vu ce à quoi le grand borgne vous avait habitué !

Haar : Tu sais, parfois, c'est pas mal non plus de ne pas trop se précipiter... A tous les coups, ça va encore être à moi de chercher et de corriger les fautes.... Zzzzzzz...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasukiko Henna

avatar


Messages : 584
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 18
Localisation : Je cours tellement vite qu'on sait jamais où je suis ! :D /SBREUM/

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !   Jeu 10 Fév - 18:18

Mmmh, je lis ça plus tard, j'ai une grande flemme et je suis pas sur mon ordinateur. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-shugo-chara.forumactif.com
Miki Alpino

avatar


Messages : 232
Date d'inscription : 01/07/2010
Age : 20
Localisation : Tu me vois pas ???

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !   Jeu 10 Fév - 19:06

VALIDE.
Bienvenue surveillant...

_________________



Arigato Mitsu pour l'avatar ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://magicalpensionnat.forumactif.us
Mitsu Misaki

avatar


Messages : 388
Date d'inscription : 03/07/2010
Age : 21
Localisation : With you

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !   Jeu 10 Fév - 20:21

    Bienvenue =)
Je te mets ton rang.

_________________

✖️
I'm just stupid
Try to follow me.
✖️

Because flower are purple.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamymidnight.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Caporal Kieran O'Carolan, de la huitième compagnie du vingt-deuxième régiment de la trente-neuvième brigade des troupes terrestres de Sa Majesté la Reine Élisabeth II, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, à votre service !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Accepté] Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord-
» Grand Prix de Grande Bretagne 2016
» Sondage Grande Bretagne
» BRETAGNE
» L'éolien en Grande-Bretagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical pensionnat :: ♥~La paperasse~♥ :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: