Magical pensionnat

Un pensionnat pas comme les autres...pour les personnes pas tout à fait humaines ou ordinaires que tout le monde rejete. Si c'est le cas, ce pensionnat est fait pour vous!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Quinn De Castille

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 24
Localisation : Entre Ciel & Terre

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Mer 30 Mar - 19:38


  • Le soleil venait à peine de poindre le bout de son nez lorsque la chaine hi-fi se mit à cracher du rock. Habituées à ses réveils brusque et quotidien, la jeune femme jura, broncha et rejeta les couvertures pour s'asseoir sur le bord de son lit. Elle n'avait pas besoin de faire de geste fastidieux comme de se frotter les yeux ou de s'étirer, elle était déjà parfaitement éveiller et le soleil qui passait en bande fine pour hachuré son corps lui laissait déjà entendre que la journée serait belle et ensoleillé. Un mince sourire étendit ses lèvres alors que se levait pour aller dans la cuisine. Elle ne prit qu'une tassé de café comme petit déjeuné. Pas très équilibrer certes mais la demoiselle avait tout de même ses habitudes, aussi mauvaise soient-elles.


  • contrairement aux autres jours de la semaine, les trais fins d’une silhouette svelte apparaissaient à l’horizon, se transformants au fil des secondes en une jeune fille. Comme à son habitude, elle n'avait comme seul bagage un petit sac. Son visage n’exprimant qu’un simple sentiment d’ennui total. Ses iris de saphir voyageant de personne en personne telle une abeille parcourant un jardin de roses, il n’arborait pourtant qu’un regard vide… Sombre, voire presque effrayant. Elle n’était pas en colère, bien au contraire, aujourd'hui elle allait découvrir une nouvelle ville, celle dans laquelle elle passerait sans doutes un bon nombre d'années vu qu'elle venait d'être engagée comme psychologue dans un pensionnat situé non loin d'ici.

  • Ses horaires n'étant toujours pas fixé, la jeune femme prit son temps pour se rendre jusqu'à l'établissement. Alors qu'elle marchait tranquillement, elle passa devant l'entrée du parc et il ne lui fallut pas un long moment pour se décider à emprunter quelques chemins sinueux afin de se rendre à son futur lieu de travail. Elle flânait de ci et delà sans trop se soucier du temps qui passait. Au bout de quelques minutes, elle s'assit sur un banc afin de profiter de l'air frais qu'offrait cette journée splendide. Elle ne l'avait pas tout de suite remarqué mais en réalité, elle n'était pas la seule à s'être assise sur le banc, à l'autre extrémité, un jeune garçon était assis silencieusement.

    • Ah ! Désolée, je n'avais pas vu qu'il y avait déjà quelqu'un dit-elle en s'adressant droit devant-elle.

    Ses paupières closes, elle laissait les rayons lumineux du soleil réchauffer se peau de porcelaine, au bout d'un long silence, elle rouvrit tout de même les yeux pour regarder le jeune homme qui n'avait toujours pas dit un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiki Tokai

avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Mer 30 Mar - 21:13

Sortir. C’est ce à quoi je pensais, alors que je n’étais au pensionnat que depuis quelques jours. La veille de cette journée avait été plutôt mauvais, je dirais. Beaucoup de monde dans les couloirs,forcément des bousculades, autant par moi quepar d’autres personnes. Mais, moi, bien que je le veuille, je ne peux pas m’excuser. Certain s’énerve, et ne comprenne pas alors que j’essaye de leur expliquer en vain. D’autres avaient l’air d’être au courant, pour mon mutisme. Ceux-là, soit ils m’ignoraient, soit ils se moquaient. Ce n’est que le début. C’est ce qu’il faut que je me dise. Je rencontrerais surement des gens qui prendront la peine de me comprendre.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle journée qui commence. Et qui s’annonce belle, qui plus est. Le soleil rayonnait très tôt ce matin, alors que j’étais déjà entrain de me préparer pour sortir profiter de cette
belle journée. Je m’étais levé très tôt, et je commençais les cours tard, ce matin. J’avais donc amplement le temps d’aller faire un tour au parc que j’avais aperçu le jour de mon arrivée. C’est ce que je fit après m’être habillé très simplement : un jean, un T-shirt blanc, et des baskets. Je passais rapidement deux, trois coups de brosses dans mes cheveux.

Dehors. J’y suis enfin, je respire l’air frais de l’extérieur tout en marchant vers le parc, les mains dans les poches. Je suis arrivé très rapidement au parc. Je suis directement aller m’asseoir sur un banc pour profiter de temps magnifique. Je regardais le ciel, tournant la tête de temps en temps pour observer les personnes qui passaient avec leurs enfants, leurs chiens. J’écoutais les oiseaux qui chantaient, perchés sur leurs arbres. C’était vraiment agréable. Cette journée commençait très bien.
Une jeune femme aux cheveux longs et noirs, avec des yeux bleus éclatants, qui, je l'avoue, étaient très beau, s’était assise non loin de moi, sur le banc. Je ne l’avais pas remarquée jusqu’à ce qu’elle me tire de mes pensées en m’adressant la parole :

-« Ah ! Désolée, je n'avais pas vu qu'il y avait déjà quelqu'un. »

Je tournais la tête, surpris, je ne cherchais plus à cacher cette cicatrice, sur mon visage. Après tout, essayer de la cacher me rendrait encore plus bizarre, et puis maintenant, je n'y attache plus grande importance, à cette truc. Je suis resté un petit moment sans rien dire, ou plutôt, sans rien essayer de lui faire comprendre, je cherchais comment lui faire comprendre le plus simplement possible. Elle fermait les yeux, la tête tournée vers le ciel. C'est lorsqu'elle redéposa son regard sur moi que je fit un signe de tête pour la saluer et haussais les épaules en souriant pour lui faire comprendre que ce n’était pas grave. Après tout, le banc ne m’appartenait pas. Au moins, elle saurait pourquoi je ne lui ai pas répondu simplement. Elle aussi était venue profiter du soleil apparemment. J’attendais. J’attendais de voir si elle allait rire, parce qu’elle me trouvait ridicule ou s’en aller parce qu'elle ne voulais pas perdre son temps à essayer de me comprendre, de comprendre ce que je venais d'essayer de lui "dire". Ou alors, au meilleur des cas et ce serait bien la première fois depuis que je suis arrivé : rester et me comprendre, ou au moins essayer… A vrai dire, je commençais à me trouver ridicule moi-même, à toujours espérer que l'on essaye de me comprendre, même venant des personnes que je ne connaissais pas. Pourtant, on dit : "Le silence est d'or." Non ?
En tout cas, je continuais de sourire, cette magnifique journée l'obligeait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn De Castille

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 24
Localisation : Entre Ciel & Terre

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Dim 3 Avr - 16:37

  • Il y a des moments dans la vie, où on se retrouve à la croisée des chemins. On a peur, on doute. On ne sais pas quelle direction prendre. Les choix que l'on fait peuvent être déterminant, si pas pour tout le restant de sa vie, au moins pour un bon moment encore. Bien sûr face à l'inconnu , on préfère rebrousser chemin. Mais de temps en temps, on se dépasse. Continue à avancer. On trouve une force plus grande que la douleur et la solitude qu'il peut y avoir dans le monde. On trouve le courage de s'attacher à quelqu'un et de lui faire confiance. On déchire le voile du rêve, calme et confortable, parce que ce n'est que face à l'adversité que l'on découvre réellement qui on est, et ce n'est que face à l'adversité que l'on découvre qui on peut devenir.

  • Quand la demoiselle posa son regard sur le jeune homme assis non loin d'elle, ce qui attira particulièrement son attention ne fut pas la cicatrice qu'il avait depuis le front et qui semblait continuer encore plus bas que son cou, mais bien la profondeur du regard du jeune homme. Elle le fixa dans les yeux un court instant avant de réagir et lui rendre son sourire. Ses yeux pétillants finirent ensuite de le détailler pendant qu'il lui répondait avec des gestes. Sur le moment même, bien qu'elle trouva cela bizarre, elle ne releva pas tout de suite le mutisme du jeune homme. A ses traits fin, et son allure d'athlètes, elle lui attribua un profil psychologique, c'est ce qu'elle fait toujours en général quand elle rencontre des gens, il s'agit pour elle en quelque sorte d'un jeu.

    • C'est gentil merci. Je suis arrivée ici il y a peu, je ne connais encore personne. Elle avait dit ça en gardant son sourire.


  • Ce n'est que quand elle le vit à nouveau rester dans son mutisme qu'elle comprit alors pourquoi il n'avaient encore rien dit. Ce jeune garçon était muet. Elle écarquilla deux secondes les yeux avant de mettre sa main devant sa bouche. Elle ne s'en était pas tout de suite rendue compte, quelle honte pour une future psychologue scolaire n'est-ce pas ? Elle retira sa main de devant sa bouche et s'excusa.

    • Désolée, je n'avais pas remarqué que tu ne savais pas ... dit-elle en le regardant droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiki Tokai

avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Lun 4 Avr - 22:43

Le silence est d’or…En fait, je détestais cette phrase. Parce que, pouvoir rire, parler, donc communiquer plus facilement, chanter…C’est quand même mieux que le silence permanent. Surtout que cela n’a pas l’air de plaire aux autres le silence, les personnes trop silencieuses, comme moi… Mais finalement, c’est compréhensible…Oui, je crois que je commence à les comprendre. Etre en ma compagnie n’est pas toujours très divertissant. Peut-être quand je fais un tas de geste tous plus incompréhensible les uns que les autres pour eux ? C'est peut être amusant…Enfin, il faut être optimiste ! Après tout, je n’ai pas croisé énormément de monde, il y en a surement à pensionnat qui doivent être très sympathique. Je suis sur que dans peu de temps, plusieurs personnes feront un effort pour me comprendre, oui ! Et puis aujourd’hui, quelqu’un avait l’air d’essayé…J’étais content, très content.

La jeune femme me rendit mon sourire. J’avais espéré et j’avais eu raison. Elle finit par me réponde après m’avoir observé un court instant. Elle avait l’air de m’avoir compris et plutôt gentille. Elle m’avait répondu ceci :

« C'est gentil merci. Je suis arrivée ici il y a peu, je ne connais encore personne. »

Je ne savais pas vraiment si elle avait deviné, pour mon mutisme. Je cherchais le meilleur moyen de lui faire comprendre que, moi non plus, je n’étais pas arrivé depuis longtemps. Parce que, évidemment, je n’avais pas pris de quoi écrire. Cela aurait bien pu servir, pourtant. Pendant mon petit moment de réflexion, Elle reprit la parole.

« Désolée, je n'avais pas remarqué que tu ne savais pas ... »

Ah ? Finalement, elle ne s’en était pas rendu compte avant. Elle ne pouvait pas deviné, de toute façon. J’aurais peut-être dû lui faire comprendre moi-même. Elle me regardait toujours, ses yeux fixant les miens. Ses yeux étaient vraiment étonnants. Je lui souriais encore, pour lui faire comprendre, qu’encore une fois, ce n’était pas grave. J’entrepris donc de lui faire comprendre que je n’étais pas là depuis longtemps non plus avec un tas de signe. Je la montrais du doigt, puis je me montrais ensuite. Je fis un grand geste avec mes bras désignant les alentours. Puis, je mis ma main à plat puis déposait mon doigt dessus pour désigner mon arrivée. Je me frottais la tête. J’étais presque sur qu’elle n’avait absolument rien compris. N’importe qui ne comprendrait pas. Je mimai quelqu’un qui écrivait, la montrant du doigt ensuite. Peut-être avait-elle de quoi écrire ?
J’avoue que je me sentais un peu bête, à ce moment là. J’étais sans doute ridicule. Je souriais bêtement, gêné.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn De Castille

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 24
Localisation : Entre Ciel & Terre

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Mar 5 Avr - 15:04

  • Les oiseaux se remettent à chanter, les arbres se couvrent de bourgeons, l'air devient plus doux... Serait-ce le printemps ? Succédant l'hiver et précédant l'été, il amène avec lui la promesse de jours meilleurs, de changements et de réussite. La vie semble enfin réapparaître, balayant la pluie et les pleurs, les nuages et les regrets. De nouveaux espoirs renaissent, d'amour et d'amitié, d'avenir et d'infini. Le bonheur s'engouffre dans le coeur de chacun et les rends heureux. Oui, le printemps est là. Assis sur un banc, une demoiselle et un jeune homme discutent malgré que l'un des deux soit incapable de dire quoi que soit. Cela ne les empêchera de se comprendre et d'apprendre, peut-être, à se connaître tout les deux.

  • Quinn guettait ses moindres efforts, ses moindres gestes familiers qui lui demandaient tant et tant de courage. Essayer de déchiffrer les messages qu'il tentait de lui faire parvenir était un " jeu " laborieux. Bien qu'il essayait tant bien que mal de lui signifier des choses, elle ne semblait pas vraiment comprendre tout ce qu'il tentait de lui faire savoir. Pourtant, il demeurait devant elle, esquissant un sourire gigantesque sur ses deux joues saillantes. Tel un enfant en proie au bonheur, il lui souriait, les yeux brillants d'euphorie. Son air n'avait pas changé, toujours aussi frais et joyeux, toujours aussi plaisant et rieur. Enfin, elle comprit quelque chose, Il lui demandait si elle avait de quoi écrire.

    • Attend un seconde, je dois avoir quelque chose
      dit-elle en levant d'abord un doigt par réflexe pour le faire patienter.


  • Elle farfouilla dans son sac quelques instants, en tant que psychologue, elle avait toujours sur elle un calepin et quelques bics, fonctionnant ou pas, au fin fond de son sac. C'est vrai qu'on ne peut pas dire que l'ordre était son point fort mais ce n'était pas si grave. Au bout de quelques minutes de recherche intensive, elle trouva un bic et le tendit au jeune homme avant de chercher son bloc-note dans la pochette où elle le rangeait habituellement. A son grand soulagement, il y était, comme d'habitude d'ailleurs. Elle lui tendit alors le carnet, plein de croquis et de profil psychologique de ses anciens patients, ceux de sa ville natale.

    • Ne fais pas attention aux gribouillis ... ^^' Je suis psychologue et je passe un entretien dans un pensionnat pas loin.
      expliqua-t-elle tout simplement.


  • Elle le regarda quelque instant chercher une page vierge dans son carnet. En fait, il ne faisait pas très sérieux mais elle avait déjà aider pas mal de gens dans sa ville natale grâce à ses technique dirons nous ... moderne ? Oui on va dire ça. Elle n'avait encore jamais rencontré ou même entendu parlé de quelqu'un utilisant la même manière qu'elle en matière de psychologie mais ça, c'est une autre affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiki Tokai

avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Jeu 7 Avr - 20:15

Comme ce à quoi je m’attendais, la jeune femme n’avait pas compris ce que j’avais essayé de lui dire , bien qu’elle avait vraiment l’air d’essayer. Sauf mon dernier geste, puisqu’elle me répondit en levant son doigt :

« -Attend un seconde, je dois avoir quelque chose. »

Puis elle se mit à chercher dans son sac de quoi écrire, si elle avait bien compris ma demande. En tout cas, elle y mettait du cœur, dans sa recherche. Après quelques minutes, elle me tendit son bloc-note que je pris, avec un stylo. Elle avait bien compris.

« - Ne fais pas attention aux gribouillis ... ^^' Je suis psychologue et je passe un entretien dans un pensionnat pas loin. »

En effet, quand je me mis à chercher une page blanche, je pu voir un tas de griboullis. Psychologue dans un pensionnat ? Lequel ?
Une fois trouvé cette fameuse page vierge, je me mis à écrire.

-Merci beaucoup !

Commençais-je par écrire. Puis je tendis le bloc note vers elle, tout sourire. On ne peut pas dire que j’écrive très bien, je l’avoue…Mais c’était toujours plus compréhensible que mes gestes. Puis je me remis à écrire, plus longuement cette fois.

-Excusez-moi d’être aussi…Incompréhensible….Excusez-moi de vous embêter comme ça, aussi.
Ce que j’essayais de vous dire, c’’étais que, moi non plus je ne suis pas arrivé depuis longtemps et que je suis dans un pensionnat depuis quelques jours. Et aussi que je ne connais également pas beaucoup de monde, pour ne pas dire personne…
Ah, et je m’appelle Hibiki.


Je lui tendis à nouveau le bloc note assez longtemps pour qu’elle puisse lire.

-J’allais oublier ! Merci d’avoir essayé et d’essayer de me comprendre, plutôt que d’être partie, c’est gentil de votre part.

Je lui montrai ce que je venais d’écrire, je souriais encore. J’étais vraiment content qu’elle ne soit pas partie, première dois que je « parle » à quelqu’un depuis que je suis ici ! Même si je suis quand même désolé de la déranger comme ça…Je repris le bloc-note et écrivit de nouveau.

-Vous postuler dans quel pensionnat en tant que psychologue ?

Je lui tendit le bloc note. Je peut-être muet, mais je suis curieux…Je m’en rendis bien compte d’ailleurs, car je repris rapidement le bloc note puis je rajoutais ceci :

-Vous n’êtes pas obligée de répondre, excusez-moi…

Je souris tout en déposant le bloc note face à elle sur le banc pour qu’elle puisse lire. Puis je relevais la tête vers le soleil en fermant les yeux quelques instant avant de redéposer mon regard sur la psychologue. Le printemps, j'aime bien...

[Je m'excuse pour avoir fait une réponse aussi courte....]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quinn De Castille

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 24
Localisation : Entre Ciel & Terre

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Sam 23 Avr - 16:24

  • Quinn De Castille regarda longuement le jeune garçon, pour un muet, il en avait des choses à dire, mais bon, je suppose qu'après tant d'année de silence, le désir de vouloir communiquer aux autres se fait ressentir. Après tout, plusieurs expériences ont démontré qu'un contact social est très important. Enfin tout ça c'est ce qu'on raconte dans Psy Magasine ! Quand il lui tendit enfin son carnet, elle put y lire un bon petit paragraphe. Les première ligne en disaient beaucoup sur les pensées qui traversaient son esprit mais elle attendit de finir sa lecture avant de répondre d'une voix calme ou l'on percevait nettement le talent qu'elle avait pour son travail. Un ton apaisant, qui incite au confidence et qui dans certain cas, peut même mettre en confiance.

    • Oh, mais tu n'as pas à t'excuser. Ce n'est pas ta faute après tout. Très bien, Hibiki, je suis ravie de te rencontrer. Moi c'est Quinn. dit-elle avec un grand sourire.

    Elle n'avait jamais aimé se présenter en donnant son nom complet, elle exercait de matière spontanée et incitait ces patients à l'appelée par son prénom, rien que le titre de " psychologue " ça laisse une certaine distance entre elle et les autres, inutile de la creuser davantage vous ne croyez pas ? Il re-tendit le bloc note et à nouveau elle put lire ce qu'Hibiki lui " disait "

    • Pourquoi serais-je partie ? Je pense qu'il ne faut jamais hésiter à essayer de comprendre les gens, enfin, c'est peut-être mon métier qui veut ça aussi. déclara-t-elle simplement en l'observant.

    Il recommença à écrire sur le bloc-note. Mais cette fois, elle eut à peine le temps de lire ce qu'il me demandait qu'il s'excusait de sa curiosité. Mais la demoiselle était bien mal placée pour lui faire la morale sur ce point, elle qui cherche absolument une réponse à toute les questions possibles et imaginable qui passe dans sa tête, où même que les gens lui posent. Hibiki déposa le bloc-note sur le banc et pris un léger bain de soleil avant de reposer son regard sur Quinn qui regardait sa montre. Son rendez-vous était maintenant dans 30 minutes, il était temps pour elle qu'elle se bouge un peu si elle ne voulait pas faire mauvais effet !

    • Je postule au Magical Pensionnat. Et il est temps pour moi de me mettre en route sinon je vais être en retard pour mon premier jour, ça le fait pas, pas vrai ? dit-elle en se levant et en faisant un clin d'oeil au jeune garçon.

    Elle fit quelques pas puis se retourna, lui proposant de garder le carnet, comme ça, si un jour il voulait la revoir, ses coordonnées sont dans le carnet. Elle ne se doutait pas qu'elle le reverrait peut-être même avant ça étant donné qu'il soit fort probable que lui aussi vienne du même pensionnat où elle postule.


[ Désolée, c'est pas terrible. Et t'en fais pas, ta réponse était très bien =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibiki Tokai

avatar


Messages : 18
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   Dim 1 Mai - 10:31

Après avoir finit d’écrire chaque « paragraphe », j’avais déposé le bloc-note pour que Quinn puisse lire ce que j’avas écrit. Elle avait répondu avec un ton particulier, apaisant, étant psychologue, elle savait sans doute bien parler aux gens. J’avais souris, suite à plusieurs de ses réponses.

« Oh, mais tu n'as pas à t'excuser. Ce n'est pas ta faute après tout. Très bien, Hibiki, je suis ravie de te rencontrer. Moi c'est Quinn. »

C’est vrai que ce n’est pas ma faute, mais beaucoup de gens avaient tellement de mal à le comprendre que j’avais pris l’habitude de m’excuser. Enfin, après tout, il fallait peut-être que je m’excuse, oui, ça ne doit pas être génial pour eux de devoir déchiffrer tous ce que j’essaye de leur faire comprendre. Et, à vrai dire, moi aussi j’étais enchanté, Quinn. Oui, parce que c’est la personne avec la quelle j’ai le plus « discuté » depuis que je suis ici, et, qui plus est, une psychologue très gentille. Qui sait ? J’aurais peut-être besoin de ses services un jour. Surement, même.

« «Pourquoi serais-je partie ? Je pense qu'il ne faut jamais hésiter à essayer de comprendre les gens, enfin, c'est peut-être mon métier qui veut ça aussi. »

C’était bien la première à me dire ça. Enfin, oui, comme elle le disait, c’était surement son métier qui voulait ça. Enfin, il ne faut pas que je m’appuie sur les quelques essaies de communication avec les autres pour faire une généralité.

« Je postule au Magical Pensionnat. Et il est temps pour moi de me mettre en route sinon je vais être en retard pour mon premier jour, ça le fait pas, pas vrai ? »

Magical Pensionnat ? J’allais surement la revoir plus tôt que ce que je ne pensais, du coup. En effet, elle postulait dans le pensionnat où je suis récemment arrivé. Elle me laissa gentiment son carnet. Je la remerciais d’un sourire et leva mon pousse en l’air pour lui souhaiter bon courage, puis j’écrivis une dernière fois sur le bloc-note, en majuscule et d’assez grande taille :

-AU REVOIR.


Tout ça avant qu’elle ne se retourne pour se rendre au pensionnat dans lequel elle allait entamer son premier jour de travail. C’est vrai qu’arriver en retard pour le premier jour…Ca ne le faisait pas, en effet. En parlant de retard…Moi aussi, mes cours allaient bientôt recommencer ! Même si les professeurs ne font pas vraiment attention à moi en cours, ils verraient très bien que j’arrive en retard, en revanche. Je me levais donc d’un bon puis partit en courant vers le pensionnat, doublant la jeune psychologue au passage.

[Excuse-moi pour la réponse en retard pour clore le RP :/ ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur les bancs publics ~ [ Hibiki Tokai ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Defi pour futurs maires: les marches publics dans les rues
» les meilleurs sites d'ébats publics
» [Coupable/Prise de la mairie/Niort] Loupphoque (14/11/1458)
» Quel plan de développement pour le secteur énergétique ?
» Les ONG doivent se soumettre aux lois haitiennes, ou doivent être expulsées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical pensionnat :: ♥~Rp-Hors du pensionnat~♥ :: Le parc-
Sauter vers: