Magical pensionnat

Un pensionnat pas comme les autres...pour les personnes pas tout à fait humaines ou ordinaires que tout le monde rejete. Si c'est le cas, ce pensionnat est fait pour vous!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un chaton vraiment borné[Sasu']

Aller en bas 
AuteurMessage
Makoto Hatetsu

avatar


Messages : 10
Date d'inscription : 18/10/2010

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Un chaton vraiment borné[Sasu']   Jeu 28 Oct - 21:26

Que faites vous, le samedi ? En général, les gens en profitent pour dormir, tout du moins ceux qui n'ont pas à travailler. D'autres commencent seulement à rentrer chez eux après une nuit blanche. Certains vont crier dans les rues, c'est un cas moins fréquent mais existant. Rare sont ceux qui vont courir. Surtout sous la fine pluie qui s'annonçait durable. Cependant, un jogging rouge sombre doté d'une fine rayure blanche courait malgré tout, ses baskets usées évitant avec habilité les flaques. Il en fallait peu pour arrêter Makoto, mais tout de même plus qu'un simple souci météorologique.

Le professeur n'avait jamais été un sportif dans l'âme. A vrai dire, si être endurant était une de ses grandes qualités, qui, associée à son don de régénération, pouvait le rendre redoutable à abattre, il n'avait jamais vraiment chercher à améliorer cette caractéristique. Pourquoi devenir fort quand on pouvait éviter le combat ? Un problème, cependant : quand on était prof d'une classe de sur-humains armés jusqu'aux dents et possédant des pouvoirs capable de détruire la moitié de la ville, ne pas s'entrainer équivalait à un suicide. Or, il se trouvait qu'il n'avait pas tellement envie de mourir. Donc, à défaut de passer ses matinées à ne rien faire, étant donné que son temps de sommeil maximum devait avoisiner les 6 heures, il s'était mis au footing, finissant sa course dans ce petit bar qui servait de délicieux cafés. Makoto adorait le café, le thé et tout ce qui était amer. Le seul problème, c'était la caféine. Quand on a un corps capable de se contenter de 3-4 heures de sommeil, cette composante était plus nocive que bénéfique. Aussi ne réservait-il ce breuvage qu'en récompense de ses efforts. En attendant, il courait, profitant de la fine pluie. Pourquoi les gens n'aimaiet pas courir sous la pluie ? C'était agréable, pourtant. Notamment avec "Paint It Black" diffusé directement dans ses oreilles par un gros casque, bien plus gros que le petite baladeur qu'il avait obtenu illégalement.


Toutefois, aujourd'hui, une chose allait empêcher Makoto de s'assoir à sa table favorite siroter un bon arabica bien noir, ou tout du moins pas à l'heure qu'il avait prévu. Une petite chose fragile, innocente et poilue. Attendez, comment ça, "poilue" ?


"Meeow..."

Oh, un chaton. Ça explique tout. Pauvre chaton, abandonné dans un carton avec juste du papier journal au fond et une coupelle de lait. Le jeune homme le regarda fixement. Allait-il se laisser attendrir par la boule de poils ? Pensez-vous. Il s'apprêta à faire demi-tour quand le chaton miaula de plus belle. Ce a quoi il lui répondit :


"Eh, oh, qu'est ce qu'il y a ? Tu veux que je d'adopte ? Que j'te donne à manger ? Désolé, pas envie. Et je vois pas pourquoi je serais plus gentil que d'autres. Franchement, est-ce que j'ai une tête à être gentil, hein ?"


Un autre miaulement pour toute réponse. Makoto s'accroupit et continua son monologue :

"Mais bon sang, je te dis que non, c'est pas possible. Tu sais que t'es égoïste de m'imposer ça ? Je n'ai pas de temps ou d'argent -enfin, l'argent, si, mais bon- à te consacrer, et puis je n'aime pas le ménage, alors les poils qui tombent n'importe où, c'pas pour moi. Pis je doute que ça fasse ton bonheur.

-Meooow.
-Oui, bon, d'accord, tu sera certainement mieux que dans ce carton explosé, exposé à la pluie, au froid et au vent. Il n'empêche. Bon, d'accord, je te nourrirais peut-être mieux, et pas forcément avec... C'est du lait de vache, c'est ça ? Tss, ils savent même pas que ça rendent les chats malades ? T'as vraiment pas de chance dans la vie, toi... Et nan, ne fait pas le coup des yeux larmoyants, j'ai horreur de ça. Tu crois franchement que je vais m'apitoyer sur ton sort et rester avec toi ? Dans tes rêves."


Il s'apprêtait à se lever quand le chaton miaula une troisième fois d'une voix plaintive. Décidément, il ne comprenait rien à rien. Usant du peu de patience qu'il avait, Hatetsu s'asseya sur le sol trempé et pris le chaton sur ses genoux.


"Ne crois surtout pas que tu as gagné, hein. Et si tu pisse sur moi, tu peux dire adieu à ce monde."


Bon sang, si quelqu'un du pensionnat me trouve comme ça, je suis dans une mouise pas possible par rapport à mon image.


C'est à ce moment là qu'un autre chat, pas vraiment plus âgé que le petit être qu'il avait contre lui, mais plutôt ressemblant, débarqua, peut-être attiré par les cris du petit. Et, à sa suite, une personne qu'il reconnu immédiatement, rien que par sa tenue excentrique. Il ne put laisser échapper un :
"Mon Dieu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasukiko Henna

avatar


Messages : 584
Date d'inscription : 22/10/2010
Age : 18
Localisation : Je cours tellement vite qu'on sait jamais où je suis ! :D /SBREUM/

Feuille de personnage
Carte d'identité:
Pouvoir:

MessageSujet: Re: Un chaton vraiment borné[Sasu']   Lun 1 Nov - 17:45

« Toupi, toupa, tralala ♪ »

    Ce matin-la -si on pouvait appeler ça "un matin" vu que je ne m'étais pas endormie- je me sentais bien, joyeuse, active et en pleine forme, le genre de truc qui peut énerver les vieux qui dorment calmement dans leur lit. D'ailleurs, je me sentais un peu trop bien contrairement à mon quotidien -pourtant, telle que je me connais, j'ai toujours été très bien donc imaginez un peu comment je me sens en ce moment-. En général, quand il pleut, je préfère gueuler sous la pluie en chantonnant plutôt que de faire ce que je faisais en ce moment. Mais revenons à ce qui s'était passé il y a pas moins de deux heures -ce n'est pas beaucoup par rapport à une nuit entière-. Mais bon, je vais tout vous raconter, il y a deux heures, tout ce qui s'est passé, vous allez être au courant comme ça.

    Il y a deux heures... Il y a deux heures... Il n'était pas moins de quatre heure du matin, je ne vois pas d'autre heure possible, mais moi et l'heure ça fait deux, donc vous n'êtes pas obligés de me croire. Je dirais même mieux, c'est beaucoup plus avantageux pour vous si vous vous fiez à votre montre. Je ne regardais plus vraiment ma montre cassée ces temps-ci, je sais même plus pourquoi. Ah ! Oui, parce qu'elle est cassée. Il faudrait que je pense à y remettre des piles parce que sinon je vais plus savoir lire l'heure -logique-. Enfin si, je peux encore la lire, mais pas connaître l'heure exacte. Je lirais toujours dix huit heure et demie. Et ça ne me fait pas trop chanter de bonheur quoi. Surtout qu'à cette heure-là, je dois faire les cours prochains pour mes élèves, ça commence à m'énerver, je préfère jouer avec un chat... En parlant de chat ! J'ai oublié de vous dire ce qui s'était passé il y a deux heures ! Je vous ai encore fait chier pendant deux minutes à parler de ma vie chapitre deux mille trois-cent-quatre-vingts.

    Enfin... J'en étais où déjà ? Ah ! Oui ! Il y a deux heures... J'étais occupée de courir dans les rues, regardant un peu autour de moi et observant avec stupéfaction les graffitis si bien faits. Je me demande comment les adolescents font pour faire des dessins aussi beaux. En fait, quand j'étais à leur âge, je ne savais même pas ce que c'était. Oh non, je suis encore occupée de m'enfoncer, je dévie toujours sur des sujets qui n'ont rien n'a voir avec ce que je voulais raconter. Je fais toujours comme ça... Comme hier tiens, je me souviens que... Oui bon, vous voulez savoir ce qui s'est passé il y a deux heure après que j'ai observé les graffitis. Eh bien j'ai gueulé dans la rue, c'est mon activité préférée, c'est mon quotidien. Tout ça jusqu'à ce que je remarque mystérieusement, le même chat que chaque jour. Celui qui appartenait autrefois à mon titulaire. Mais je préfère ne pas en parler, je commencerais à pleurer sinon.

    Ce petit chat tellement mignon, une tache blanche autour de son œil gauche qui est bleu et un bandeau noir avec une tête de chat pirate dessus cachant l'autre œil dont la couleur marron est étalée sur sa pupille. J'aime tellement ce chat, il est trop mignon. Un corps brun taché de doré et une touche de châtain. Mon ancien titulaire avait bien choisi. Chaque jour, je le suis et il me mène toujours à une direction différente. Une fois c'est devant le pensionnat, l'autre fois c'est au cimetière, un jour c'est près d'un lac et l'autre jour c'est une étendue d'herbe. Avec lui, je connais pratiquement toute la ville, c'est comme une petite balade vous voyez. Mais bon, je ne vais pas m'attarder sur ce sujet encore une fois et on va continuer le petit récit d'accord ?

    Après un certain moment à observer le chat, il courra, comme à chaque fois et je le suis pour découvrir autre chose. Je me demande quel endroit il peut encore visiter cette fois, j'étais pourtant sûre d'avoir fait le tour de la ville avec lui. Apparemment pas vu l'état actuel des choses -je dis actuel mais c'était il y a deux heures-. Après une course matinale, j'avais passé une heure et demie de mon temps à courir après un chat. Génial. Il m'amenait à un autre chat dans une caisse en carton. Pauvre chat, sous cette pluie, j'avais pitié de lui. Ensuite, j'entends des bruits de pas, merde, moi qui voulait être seule avec les petits chats. Ah ! Ça me revient maintenant, tout ce que je vous ai raconté, c'était il y a un quart d'heure à peine !

    Bon... Pour en revenir aux bruits de pas, à peine s'étaient-ils rapproché d'un millimètre que je m'étais déjà cachée avec le petit chat taché qui me suivait partout où j'allais. Je n'avais pas eu le temps de prendre l'autre petit chat et l'homme qui venait d'arriver se tapait discute avec lui. Je ne savais pas bien ce qu'il disait, je n'entendais pas assez clairement pour ça. Mais à peine la discussion terminée que le chat dans mes bras sauta de son perchoir et alla vers l'homme et l'autre chat. Je me précipitai pour aller le repêcher, ne voulant pas avoir des ennuis et, relevant la tête après avoir reprit le chat dans mes bras, je me rendis compte que "l'homme" qui s'était tapé discute avec l'autre chaton était Makoto. Je rigolais légèrement ; je ne savais pas qu'il portait une quelconque attention aux chatons abandonnés. J'avais l'air de me moquer pourtant ce n'était pas du tout mon intention. Je commençais à prendre les deux chats dans mes bras. Makoto aurait dût reconnaître le premier qui était celui qui me suivait tout le temps.

« Dis-moi, j'étais pas au courant que tu te tapais discute avec des chats. Je pensais être la seule à faire ça. Ah ! Bonjour, en passant. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-shugo-chara.forumactif.com
 
Un chaton vraiment borné[Sasu']
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chaton Perdu ? [ PV : Petit Hérisson ]
» Jeux vraiment trop drole!!!
» Chaton [ Seïren ]
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» Présentation de Boule de Miel, un chaton très énergétique... ||A.F 05 JUIN|| Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magical pensionnat :: ♥~Rp-Hors du pensionnat~♥ :: Le centre-ville-
Sauter vers: